Ingénierie de projet - modèle économique

Pilotage et gestion de projet

16,17 Mai 2018

 

L'objectif est de permettre aux participants de maitriser les outils de gestion d’un projet culturel : outils de gestion d’équipe, outils de gestion organisationnelle, outils de gestion financière. Enfin, il s’agit d’aborder les questions relatives à l’évaluation du projet.

Ce stage a déjà été réalisé in situ, par exemple pour l'ADDM 44 en 2015, pour le Conseil Départemental de l'Essonne en 2016, pour l'INSET d'Angers, et pour l'université Paris3 Sorbonne Nouvelle (UE Professionnelles) en 2017.

Contenus détaillés :

 

1. Le projet stratégique :

- la définition d’une offre de services en direction de publics diversifiés,

- une relation dynamique avec les tutelles et les instances partenaires publiques et privées

- un cadre organisationnel et de fonctionnement

- un pilotage budgétaire et financier.

 

2. Le pilotage opérationnel du projet d’Ecole :

- la relation contractuelle avec les publics de l’Ecole et la communication.

- la relation aux structures partenaires dans le déroulement des actions.

- les outils de conduite de projet opérationnel (plannings, tableaux de bord, réunions ..)

 

3. Le management des équipes :

- l’organisation et les fiches de poste

- les leviers de la motivation des équipes

- la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

- management d’équipe et management individuel.

- la délégation au sein des équipes

 

Tarifs : 550 euros ttc

Lire la suite

Ecoresponsabilité et ingénierie

Cette formation vise à transmettre aux participants d’une part une connaissance des politiques publiques environnementales qui influencent l’action culturelle (cadre législatif européen et national, outils contractuels..) et d’autre part les méthodes et outils leur permettant d’élaborer un programme éco-responsable pour les actions culturelles menées sur leur territoire.

 

Ce stage a été réalisé pour l'université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (UE professionnalisantes). 2017

 

Contenus :


• Art, culture, nature, environnement, développement durable : qui sont les acteurs institutionnels, associatifs, privés, qui interviennent dans ces domaines 


• La notion de responsabilité sociale des entreprises, la notion de responsabilité sociétale : deux axes convergents inscrits au cœur des politiques des organisations. Origines de ces notions.

-         rappel des textes qui ont structuré l’émergence d’une conscience écologique partagée (notamment dans le champ culturel) : sommet de Rio en 1992, 2010 année de la biodiversité à l’ONU, ..

-         la RSE dans les entreprises : quelques exemples

-         La RSE étendue à l’ensemble des organisations privées et publiques.

 

• Les politiques publiques pour soutenir l’articulation entre culture et environnement 

-         L’approche des institutions européennes, nationales : présentation de l’agenda 21 pour la culture (2009), convention Culture-DD (2010)

-         L’implication croisée des ministères (ministère de la culture et ministère de l’environnement)

 

• Les domaines d’application de l’éco-responsabilité :

-       Achat public responsable ou comment intégrer la responsabilité sociale et environnementale          dans la commande publique

-       La gestion des déchets (lors d’un festival)

-       Le recours aux circuits courts et produits bio lors de l’accueil des équipes artistiques

-       La communication éco-responsable (chaine de production des supports de communication)

-       L’élaboration des plans de déplacement pour les équipes de l’action culturelle.

-       La démarche bilan carbone dans le service des affaires culturelles

-       La sensibilisation aux constructions HQE

 

Mettre en place une démarche éco-responsable des projets d'action culturelle ? 

  1. Analyse des process : identification de la chaine de production des services, construction du diagnostic de performance écologique.
  2. Le cycle de vie d'un produit :analyse du lancement, de la phase de croissance, de maturité et de déclin du produit ou service. Identification des impacts environnementaux d'un service, du début à la fin.
  3. Les méthodes de mise en œuvre d’un agenda 21 (à partir d’exemples

 

• Création d’un projet éco-responsable (travail en atelier)

Lire la suite

Modèle économique et ressources propres

Les 22 et 23 Mai 2018

 

Ce stage a pour objectif de développer les ressources commerciales potentielles des structures publiques et/ou privées du secteur culturel. Les outils du marketing apportent des techniques d'optimisation de la rentabilité des services proposés par le secteur culturel.

 

Ce stage a déjà été réalisé pour le DLA 94, pour la région Centre, et pour l'université Paris3 Soronne Nouvelle (UE Professionnalisantes).

Le développement des ressources propres des entreprises, et des entreprises culturelles, est fondé sur le principe de l’adaptation de cette dernière aux attentes de ses marchés et par le choix de ses métiers et savoir-faire (sources : Mickael Porter).
Le marketing opérationnel vient outiller les structures dans la promotion de leurs produits et services leur permettant de rentabiliser leur activité (bénéfice).

(sources : P.Kotler)

 

Tarif : 580 euros ttc

 

• A quoi sert l’analyse de son modèle économique ?
- un préalable à la diversification des ressources des associations
- une réflexion sur la répartition des ressources (institutionnelles / privées) des structures, qui interroge les choix stratégiques (métiers, cibles, savoir-faire)
- une réflexion sur les leviers financiers susceptibles d’accompagner l’activité.

- les 7 modèles de ressources les plus courants (présentation à partir des travaux de recherche de le CPCA « contribution à l’analyse des modèles socio-économiques des associations »)

 

Jour 1 : Le marketing stratégique pour statuer sur ses futurs métiers :

 

Première étape : l’analyse de l’environnement (Méthode PESTE) et des facteurs d’influence

 

Deuxième étape : Diagnostiquer l’offre de produits et de services pour identifier les points forts et les faiblesses, et des pistes permettant de consolider l’équilibre économique de la structure:

L’analyse de l’offre de services portera sur :

• Une analyse interne :
l’analyse budgétaire analytique

l’évolution du chiffre d’affaires
l’évolution du portefeuille « clients »
l’organisation de la structure pour délivrer le service adapté.

 

• Une analyse externe :
L’analyse concurrentielle du service proposé. La stratégie des concurrents
L’évolution de la demande sociale
....

Pour aboutir à l’élaboration de documents de synthèse sur chaque service proposé (matrice swot)
Telle que présentée ci-dessous.
L’outil SWOT est un outil de synthèse d’une analyse portée sur un projet , une activité ou un service, il permet de dégager les enjeux relatifs à cette activité et amène à des préconisations d’amélioration.

 

Troisième étape : La segmentation des marchés et le positionnement stratégique :

Présentation de l’outil de segmentation stratégique de DF.Abell et la méthode des facteurs clés de succès. Matrice stratégique pour choisir les DAS (Domaines d’Activité Stratégiques) à privilégier.

 

Jour 2 : Le marketing opérationnel pour promouvoir une offre rentable.

Première étape : Le choix entre « services actuels » et « nouveaux services » :

Nous proposerons de mettre en œuvre le diagramme ci-dessous distinguant les enjeux entre services existants et nouveaux services :

 

La matrice de développement permet de réfléchir aux activités proches ou éloignées du métier de base, et aux incidences des choix d’activité sur le pilotage de la structure.

 

Troisième étape : Le positionnement marketing de l’offre de services :

Le développement de services rentables suppose d’opérer des choix sur le marketing-mix de la structure d’utilité sociale et de répondre aux questionnements suivants :

• quels couples produit/service/marché ?

• quelles cibles ?

• quel prix ?
• quelle communication ? • quelle distribution ?
• quelle force de vente ?

Lire la suite

L'évaluation des programmes et projets.

12 et 13 juin 2018

Objectif :  maîtriser les différentes méthodes d'évaluation d'un projet ou d'une politique culturelle, en fonction des objectifs du projet. Disposer d'exemples et de repères pour mettre en oeuvre ses évaluations in situ.

 

Ce stage a été mis en oeuvre in situ, notamment pour l'ENA (Ecole Nationale d'Administration) pour le volet du CISAP portant sur la méthodologie de projet, en 2016, et également pour la ville de Colombes.

Programme :

 

JOUR 1 :

1. Définition de l'évaluation (d’un projet culturel, d’une politique publique) et spécificités de l'évaluation dans le secteur de l'art et de la culture.

Historique des pratiques d'évaluation dans le champ culturel : le groupe Germinal, le Plan Urbain, le DEP, l'Observatoire des politiques culturelles.

Approche terminologique : un vocabulaire recouvrant différentes approches : évaluation ex-post, évaluation concomittante,

Qu'entend-on exactement par évaluation? quelle différence avec l'étude, le diagnostic, l'audit, l’observation ?

 

2. Evaluer suppose de préciser l’usage des résultats de l’évaluation.

- L’évaluation renvoie aux objectifs du projet ou de la politique menée.

- Les objectifs qui soutendent l'évaluation :

Objectifs cognitifs : connaître les faits, la position des acteurs du projet, les données relatives au projet.

Objectifs opérationnels : disposer d'un outil de pilotage du projet, réorienter l'action, prévoir, communiquer.

Objectifs pour les évaluateurs :Aider les décideurs à identifier les objectifs de l'action, participer de l'élargissement du champ de la réflexion critique mise en oeuvre dans la conduite de projets, performer les méthodes.

3. Analyse critique de deux travaux d’évaluation menés dans le champ culturel:

- évaluation ex-ante : évaluation de l’opportunité de lancement d’un service de prêt numérique (site : région Pays de la Loire).

- évaluation d’un service d’action culturelle auprès de publics dit « éloignés » de la culture (site : région Centre).

 

JOUR 2 :

1. Comment mener une évaluation ?

• Le cadre nécessaire de la méthodologie de projet pour mener l’évaluation.

La reconstitution du cadre d’élaboration de l’action : un préalable à l’évaluation.

• Identification du champ de l'évaluation : mise à jour du système objectifs- résultats-moyens.

Elaboration des indicateurs de l'évaluation.

Gestion de la participation des acteurs du projet dans l'évaluation.

Le recueil des données : pendant l'action (concomittance), à posteriori (bilans issus des tableaux de bord).

Elaboration des outils : questionnaire / guide d'entretien

Traitement de l'information

Le coût de l'évaluation.


2. Valoriser et utiliser les résultats de l'évaluation :

• Les apports de l'évaluation : consigner les faits, organiser la mémoire, instruire les paramètres de la décision, inventer de nouveaux modes d'action, instruire l'offre, démystifier, développer le sens critique, faire fonctionner des synergies, prévoir l’activité à venir.

• La forme de valorisation des résultats

• La relation aux commanditaires et aux partenaires autour de l'évaluation.

• La relation aux professionnels impliqués dans la démarche d'évaluation.

 

3. Travaux appliqués : élaboration des indicateurs autour des projets portés par les participants.

Lire la suite

Exemples de réalisations INTRA:

• ENA (Ecole Nationale d'Administration). Méthodologie de projet / Promotion et valorisation du patrimoine culturel et naturel. (Mai 2016, et en cours de préparation pour juin 2018).

• Université Paris3 Sorbonne Nouvelle : Méthodologie de projet et financements (septembre 2016)

• CNFPT Grande Couronne. Mise en oeuvre de l'action culturelle sur le territoire / Techniques de recherche de financements / Politiques culturelles. (Mars 2016, 2017).

• Ville de Colombes:  Evaluation des projets et politiques culturelles.(2014)

• ADDM44/CG49: piloter et gérer une école de musique (2014).

• IESA (Lyon): élaborer le projet culturel (2014)

• CG 77 : évaluation de la politique culturelle: méthodologie(2013)

 

SHAMAN EST LABELLISE DATA DOCK (DEPUIS SEPTEMBRE 2017)

Ingénierie de formation intra

En 2018 : Développement des séquences de formation à distance (Conférence collaborative, animation de e-communautés)

 

Pour compléter l'offre de formation présente dans notre catalogue, Shaman propose, à la demande des DRH, des Directions d'équipements, des programmes de formation spécifiquement adaptés aux problématiques des territoires ou des structures.


Cette démarche est fréquemment une première étape vers la résolution de difficultés internes au sein des services, et est orientée vers l'élaboration de projets partagés, mutualisés, ou tout simplement coordonnés.


Notre équipe est attentive, dans cette démarche, à la définition des problématiques, des objectifs de la formation, au profil des participants et à une personnalisation des apports pédagogiques.

Cette démarche de formation intra permet également des sorties sur le terrain, des interventions de professionnels issus du territoire, soit, une articulation de la formation avec les réalités locales et les forces présentes in situ.